Mots-clefs

Titre original : Mangiati vivi!

Réalisateur : Umberto Lenzi
Avec : Robert Kerman, Janet Agren, Ivan Rassimov, Paola Senatore…
Durée : 85 minutes
Année de production : 1980
Origine : Italie

Histoire : La jeune américaine Sheila Morris part pour la Nouvelle Guinée, accompagnée de l’explorateur Mark Butler. L’objectif du voyage est la recherche de Diana la sœur de Sheila, disparue après avoir abandonné New York pour suivre Jonas Melvyn, leader d’une fantomatique “Secte de la Purification”. Les deux aventuriers devront faire face aux mille dangers de la jungle, au fanatisme des disciples du culte païen mais surtout à une féroce tribu de cannibales.

Ma chronique : La Secte des cannibales est le second film de la trilogie cannibale d’Umberto Lenzi, précédé de Au pays de l’exorcisme (1972) et suivi par Cannibal Ferox (1981). Il est sorti la même année que le Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato, avec qui il partage le même acteur principal : Robert Kerman. Et contrairement à ce que nous indique le titre français, la secte dont il est question n’est pas composée de cannibales… mais tente au contraire de s’en protéger !

Il est à noter que Robert Kerman n’est pas le seul habitué des films du genre présent ici, on y retrouve également Ivan Rassimov (Au Pays de l’exorcisme, Le dernier Monde cannibale), Me Me Lai (idem que Rassimov), Franco Fantasia (La Montagne du Dieu cannibale) et enfin Fiamma Maglione (qui jouera par la suite dans Cannibal Ferox avec Robert Kerman). Voilà qui est pratique pour “stock-shoter”, ce dont Umberto Lenzi ne va pas se priver !

Effectivement, la majeure partie des scènes de cruauté animale proviennent par exemple de La Montagne du Dieu cannibale, vaut mieux recycler ces passages plutôt que de tuer d’autres animaux dans un sens, de même qu’une scène de castration pas jolie-jolie. Les stock-shots du Dernier Monde cannibale et Au Pays de l’exorcisme comprennent principalement du cannibalisme et d’autres massacres d’animaux.

Cependant, n’allez pas imaginer que toutes les scènes choquantes soient uniquement du copié/collé, le film d’Umberto Lenzi comporte son propre lot d’horreurs ! Vous pourrez ainsi découvrir notamment une femme se faisant violer par le frère de son défunt mari lors d’un rituel, et ce ne sera pas le seul passage du genre dans ce long métrage (halala, ce vilain godemichet en bois) !
Le moment choc le plus marquant reste cependant la longue scène de cannibalisme finale, la seule ne provenant pas d’un autre film justement. Alors certes niveau effets spéciaux ce n’est pas tout à fait parfait, les membres amputés des victimes sont clairement cachés sous le sable, pourtant les amateurs seront sans doute ravis (du moins cela a été mon cas) !

Il y a aussi un scénario autour de ces petites atrocités, ne l’oublions pas, et je dois dire que ce dernier comporte plusieurs éléments nanars m’ayant bien amusé ainsi qu’une sympathique référence à un James Bond ! Hé oui, on ne me fera pas croire que Umberto Lenzi ne s’est pas inspiré de Goldfinger pour le passage durant lequel Janet Agren, nue, se fait peindre en or…
Concernant les aspects nanars, j’ai par exemple remarqué que la cassette 8mm trouvée dans la poche de l’asiatique mort au début comporte des champs-contrechamps, pas très logique pour une vidéo censée être amateur et sans montages non ?
Le top du top reste tout de même pour moi les nombreuses claques distribuées gratuitement aux personnages féminins, là j’ai attrapé de véritables fous rires ! Pas que je prenne plaisir à voir des femmes se faire taper, je ne veux pas non plus avoir toutes les Femen sur le dos hein (même topless), mais c’est tellement exagéré que cela ne peut que en devenir comique ! La pauvre Janet Agren se prend en effet des baffes quasiment du début à la fin, distribuées par Robert Kerman pour un oui ou pour un non (ou pour rien du tout)…

La Secte des cannibales n’est au final pas le meilleur film italien du genre de l’époque, Lenzi fera mieux l’année suivante avec Cannibal Ferox, pourtant on y trouve une bonne brochette d’acteurs (les cannibales en conviendront) et le contenu des aventures de Agren et Kerman en Nouvelle-Guinée procure de quoi passer un bon moment malgré un petit manque d’originalité et d’exotisme en dépit des lieux de tournage.

Autour du film :

  • La musique de La Secte des cannibales sera réutilisée dans le prochain film de cannibales réalisé par Umberto Lenzi en 1981 : Cannibal Ferox.
  • Le personnage de Jonas a été inspiré par James Warren Jones, fondateur de la secte Le Temple du peuple dont plus de 900 de ses membres commirent un suicide collectif en 1978.

Blu-ray, DVD et VHS :
La Secte des cannibales est disponible en France aux éditions Neo Publishing depuis septembre 2005.

Advertisements