Mots-clefs

Réalisateur : Joseph J. Lawson
Avec : Treat Williams, Ronny Cox, Jillian Rose Reed, Joshua Michael Allen, Max Aria…
Durée : 85 minutes
Année de production : 2013
Origine : USA

Histoire : Grâce à une découverte capitale dans le domaine de la régénération cellulaire, une société de biotechnologie parvient à redonner vie aux dinosaures. Alors que les scientifiques exposent leurs nouvelles créatures pour la première fois au grand public, ces dernières parviennent à s échapper du musée et vont provoquer un véritable chaos à Los Angeles. Une course contre la montre s engage alors afin de protéger la population et L.A. du retour à l Age des Dinosaures…

Ma chronique : Après Nazis at the Center of the Earth et La Légende des Mondes en 2012, Joseph J. Lawson réalise l’année suivante une nouvelle production fantastique pour les studios The Asylum avec Age of Dinosaurs.
Il dirige dans ce téléfilm Joshua Michael Allen, avec qui il avait déjà travaillé dans Nazis at the Center of the Earth et Shark Week (en sachant que sur Shark Week Lawson s’occupait de superviser les effets spéciaux, son principal métier, et n’était pas à la réalisation). On y retrouve également deux “vieux de la vieille” : Treat Williams (Hair, Le Prince de New-York, Il était une fois en Amérique, 127 heures…) et Ronny Cox (Le Flic de Beverly Hills, RoboCop, Total Recall…).

Avec un habitué des effets spéciaux à la barre du téléfilm, ce n’est pas étonnant d’y trouver des dinosaures plutôt réussis ! Les animatroniques sont, en effet, assez réalistes et les créatures en images de synthèse sont à mettre dans le haut du panier des productions télévisuelles de ce type.
En revanche quand les effets spéciaux ne concernent plus les dinos, là on a droit à des résultats loin d’être au top ! On a par exemple une scène avec Jillian Rose Reed tombant momentanément dans le vide, et son incrustation dans le décor lors de sa courte chute est passablement ridicule.

Les gros lézards sont donc réussis, il est alors dommage que Age of Dinosaurs pêche du côté du scénario et des idées fun ! Alors certes il ne faut pas non plus s’attendre à une histoire ultra développée et des personnages profonds (cela reste une production The Asylum), malgré tout dans ces petites productions on s’attend à un minimum de scènes un peu fofolles avec les créatures peuplant le téléfilm. Ici, seul un bref passage de quelques secondes dans la dernière partie du métrage est un minimum “watzeufeuk” : lorsque un dinosaure d’une taille disproportionnée se retrouve, on ne sait comment, au sommet d’un grand immeuble puis se fait exploser par un hélicoptère équipé de lance-missiles. Pour le reste on a droit à des attaques de dinos tout ce qu’il y a de plus classique, hormis peut-être deux moments durant lesquels un carnosaure détruit des hélicos.

D’ailleurs heureusement que cette grosse bestiole s’amuse à en détruire, car elle nous débarrasse ainsi d’une journaliste dont les scènes faisaient plus office de remplissage qu’autre chose. Voir la reporter exploser avec son hélico a été pour moi un véritable soulagement !

J’ai également beaucoup regretté la promesse non tenue du synopsis du DVD nous certifiant un chaos dans Los Angeles. Des dinosaures lâchés dans la ville aurait clairement eu un gros potentiel de déconnage scénaristique, mais en réalité Los Angeles se limite ici quasiment à un centre commercial et au bâtiment de la société Geneti-Sharp.

En dépit de tous ces éléments négatifs, il faut quand même préciser que le scénario comporte également deux-trois bonnes surprises. Notamment le directeur de la société étant à l’origine de la création des dinosaures qui est étonnamment sympathique, ce qui nous change des éternels méchants patrons de ce genre de métrages s’intéressant essentiellement à l’argent au détriment de la vie des gens. J’ai été aussi surpris par la mort de l’un des personnages principaux, la manière dont la scène est bâclée est par contre regrettable.

De plus j’ai remarqué des références à Jurassic Park (Steven Spielberg, 1993) et Un million d’années avant J.C. (Don Chaffey, 1966) assez hallucinantes, dans le sens où les scénaristes ont quasiment fait du copié/collé ! On peut ainsi retrouver le fameux passage des raptors dans la cuisine de Jurassic Park transposé… dans un labo !

Au final, ce Age of Dinosaur est trop banal pour marquer un tant soit peu le spectateur, il n’y a rien de notable au niveau du jeu des acteurs et pas grand chose non plus du coté du scénario, mais le téléfilm possède au moins un bon rythme permettant d’éviter de s’ennuyer ferme face à lui.

Autour du film :

  • Un des dinosaures est nommé Moe et un autre Larry, en référence à deux des personnages principaux du film Les Trois Corniauds (Peter & Bobby Farrelly, 2012).

Blu-ray, DVD et VHS :
Age of Dinosaurs est disponible en France en DVD et Blu-ray depuis le 12 novembre 2013.

Advertisements