Mots-clefs

Titre alternatif (Angleterre) : Journey to Dinosaur Island

Réalisateur : Matt Drummond
Avec : Darius Williams, Kate Rasmussen, Joe Bistaveous, Juliette Frederick, Paul Padagas…
Durée : 79 minutes
Année de production : 2014
Origine : Australie

Histoire : Lucas, un garçon de 13 ans avec une grande imagination, se retrouve bloqué sur une île extraordinaire lorsque l’avion dans lequel il voyageait se fait aspirer dans un mystérieux vortex. Dans ce monde rempli de créatures préhistoriques, de vaisseaux fantômes et d’avions perdus, il part à la recherche d’autres signes de vie. Lors de son voyage, il rencontre une belle jeune femme nommée Kate qui prétend être arrivée sur l’île dans les années 50. Dans le but de rentrer chez eux, ils décident de faire équipe.

Ma chronique : Le Dinosaur Island dont il est question dans cet article n’a rien à voir avec le Dinosaur Island semi-érotique sorti vingt ans auparavant, il s’adresse même à un tout autre public puisque la cible visée est clairement les enfants ! On doit ce long métrage à Matt Drummond, qui se consacrait jusqu’alors aux effets spéciaux de diverses productions américaines et australiennes mettant en scène des animaux préhistoriques comme Prehistoric Predators en 2007 ou encore Prehistoric New York et Death of the Megabeasts en 2009. Avec ce Dinosaur Island, sa première réalisation donc, le monsieur devient réalisateur, producteur ET scénariste. C’est justement les effets spéciaux qui m’avaient marqué (en bien) lorsque j’ai découvert la bande-annonce du téléfilm sur DeVilDead début octobre, sans parler du fait que le tout me semblait bien divertissant. Mais entre ce que laisse supposer une BA et ce qu’est véritablement un film il y a parfois un fossé énorme…

Et c’est malheureusement le cas ici, la première déception venant de la réalisation des créatures qui n’est au final pas si exceptionnelle. Alors certes sur certains plans les dinosaures sont plutôt réussis, généralement dans les gros plans et quand ils ne bougent pas trop, en revanche quand ils commencent à courir ou voler dans un plan large il y a clairement une perte de qualité dans l’animation ainsi que la texture. Ceci dit, je trouve excellent d’avoir enfin droit à des dinosaures à plumes dans un film/téléfilm, il était temps de se mettre à jour avec les “dernières” découvertes scientifiques sur les dinosaures !
Puis du côté des bruitages, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un lien entre les cris de l’espèce d’archéoptéryx apprivoisé de Kate avec les bips de R2-D2 de la saga Star Wars ! Les autres dinosaures ont un cri “classique” (similaire à ceux entendus dans d’autres longs métrages), mais la petite créature ailée a un cri étonnamment robotisé.

Vient ensuite une déception concernant le rythme, la BA étant plutôt dynamique on aurait été en droit d’en attendre autant du film… Et bah c’est loupé ! Alors assurément quand un gros dino ou une plante carnivore apparait à l’écran on a droit à un minimum d’action, mais en-dehors de ces quelques scènes le téléfilm manque cruellement de dynamisme et comporte énormément de dialogues plats.

Un autre souci, expliquant sans doute la faible qualité des dialogues d’ailleurs, provient du fait que Dinosaur Island est destiné à une très jeune audience. Niveau scénario, on a donc droit à une histoire ultra simpliste bourrée d’énormes coïncidences et d’éléments peu crédibles. Quelquefois cela passe, mais c’était too much pour moi ici. Puis le réalisateur (qui est aussi le scénariste, je le rappelle) a eu la mauvaise idée de faire du personnage principal, Lucas, un enfant particulièrement agité et relativement énervant. Je peux vous assurer que suivre son aventure devient alors rapidement éprouvant !

Si j’avais eu une quinzaine d’années de moins j’aurais sans doute apprécié ce téléfilm, mais en le regardant avec des yeux d’adulte (et malgré mon âme d’enfant qui doit encore trainer quelque part) je dois dire avoir trouvé l’ensemble trop pénible à suivre tant c’était “gamin”. Je suis néanmoins sûr qu’avec un bon rythme et un gosse moins irritant le tout aurait pu se laisser regarder malgré ses autres défauts…

Autour du film :

  • Le tournage s’est déroulé en Océanie (Australie et Vanuatu).
  • Il s’agit du premier film pour la majorité des acteurs jouant dedans.

Blu-ray, DVD et VHS :
Dinosaur Island est actuellement dispo uniquement en Angleterre au format DVD depuis le 29 septembre 2014, en anglais uniquement et sans sous-titres.

Advertisements