Titre original : When Dinosaurs Ruled the Earth

Réalisateur : Val Guest
Avec : Victoria Vetri, Robin Hawdon, Patrick Allen, Drew Henley…
Durée : 100 minutes
Année de production : 1970
Origine : Angleterre

Histoire : Sanna échappe à un sacrifice rituel perpétué par la tribu des montagnes en se jetant dans l’océan. Recueillie par un radeau dirigé par Tara, membre de la tribu des sables, Sanna va devoir rapidement s’échapper à nouveau pour éviter la colère de la compagne de son sauveur. Isolée dans un environnement hostile peuplé de dinosaures, cette dernière va trouver refuge dans une coquille d’œuf gigantesque. Elle va ainsi se lier d’amitié avec un de ces dinosaures, tandis que Tara quitte sa tribu afin de partir à sa recherche.

Ma chronique : Après le succès de Un Million d’années avant J.C. (1966), la Hammer réalisa une “trilogie préhistorique” composée de Les Femmes préhistoriques (1967), Quand les dinosaures dominaient le monde (1970) et Creatures the World Forgot (1971). C’est le second film composant cette trilogie qui nous intéresse aujourd’hui, et le meilleur des trois selon l’avis général (moi y compris).

Il faut dire que le métrage possède déjà un énorme point fort par rapport aux deux autres films de la trilogie : la présence de Jim Daforth aux effets-spéciaux. J’avais déjà eu l’occasion de découvrir avec grand plaisir le travail du monsieur dans des films tels que The Crater Lake Monster (1977) ou La Planète des dinosaures (1978), et c’est avec tout autant de plaisir que j’ai découvert ses nombreuses créatures animées en stop motion ici : un plésiosaure (qui donne lieu à la meilleure scène du film), un chasmosaure, un rhamphorhynchus, des crabes géants et en bonus le rhedosaure créé par Ray Harryhausen pour Le Monstre des temps perdus (1953). De plus, la technique slurpausaur est brièvement utilisée dans le film, on aura alors droit à un combat entre un lézard et un bébé alligator tous deux déguisés en dinosaures. Une sorte de tradition dans les films du genre de l’époque après le succès d’une scène de combat similaire entre ces deux animaux dans Tumak, fils de la jungle (1940).

La seconde grande qualité du film, qui ne plaira sans doute pas à tout le monde, est son coté kitsch qui le rend par moments amusant. J’adore ces vieux films de monstres aux effets spéciaux aujourd’hui démodés, aux décors en carton-pâte ou avec un scénario naïf/simplet bourré de clichés. Quand les dinosaures dominaient le monde comporte tous ces éléments : on y trouve par exemple des fausses plantes carnivores en mousse, des scènes très niaises entre Sanna et le bébé rhedosaure, une petite histoire d’amour bien clichée entre deux membres des différentes tribus… Beaucoup de passages funs donc !

Mais le film n’est pas exempt de défauts, loin de là ! Ce langage inventé pour les hommes préhistoriques ne comprenant qu’une quinzaine de mots pour commencer. Les personnages hurlent en conséquence toujours les mêmes mots du début à la fin, surtout le fameux “Akita” qui a l’air de servir de définition pour pas mal de choses, ce qui énerve très rapidement.

Ensuite il y a plusieurs longueurs, principalement dues à des scènes de blabla quasiment incompréhensibles (une voix off d’un narrateur aurait été utile) ou de poursuites durant lesquelles des hommes préhistoriques pourchassent Sanna. Ces passages donnent vraiment l’impression de servir uniquement de remplissage, un scénario juste un tout petit peu plus étoffé n’aurait pas été du luxe afin de remplacer ces scènes par d’autres moins redondantes.
Dans le genre scènes à répétition, il y a également de nombreux passages servant de prétexte pour montrer la plastique de Victoria Vetri et de certaines autres actrices, même si je pense que la plupart des hommes visionnant ce film ne seront pas trop ennuyé par ces scènes, bien au contraire…

Au bout du compte, malgré ses défauts, Quand les dinosaures dominaient le monde reste un très agréable divertissement grâce à ses impressionnantes créatures (oui, je parle bien des animaux géants et non des femmes préhistoriques !) ainsi que son délectable aspect kitsch.

Autour du film :

  • Le tournage s’est terminé en 1968, mais le film n’est sorti que deux ans plus tard car les effets spéciaux n’étaient pas terminés (effets spéciaux ayant été nominés pour les Oscars en 1970).

Blu-ray, DVD et VHS :
Quand les dinosaures dominaient le monde est disponible aux USA en DVD, en combo avec le film Alerte Satellite 02. Pour obtenir le film en vf, il faudra se procurer une des VHS éditées par Warner Home Video.

Advertisements