Titre original : One Million B.C.

Réalisateurs : Hal Roach & Hal Roach Jr.
Avec : Victor Mature, Carole Landis, Lon Chaney Jr., Conrad Nagel…
Durée : 80 minutes
Année de production : 1940
Origine : USA

Histoire : Un vieil archéologue raconte les aventures de Tumak, un jeune chasseur de la tribu des Rochers. Banni par son père, Tumak est attaqué et blessé par un mammouth. Recueilli et soigné par Loana, du peuple des Coquillages, Tumak découvre un autre mode de vie. Il part avec Loana pour un long voyage où ils devront affronter bien des dangers.

Ma chronique : Après avoir vu son remake ainsi que tous les films de dinosaures des années 40 à 60 utilisant des stock-shots du long métrage, j’étais de plus en plus intrigué par ce Tumak, fils de la jungle ! J’ai donc cherché à me procurer ce film pendant un bon bout de temps, avant de finalement le trouver tout récemment sur ebay en VHS. En tout cas cette longue attente avant de finalement visionner le métrage en valait largement la peine puisqu’il est très bon !

La première chose qui m’a frappée en le découvrant est que les effets spéciaux donnant vie aux créatures disparues sont très réussis pour l’époque, en plus d’être variés. On a par exemple droit à des éléphants déguisés en mammouths, des lézards agrandis optiquement, ou encore un acteur en costume n’ayant pas du tout l’air ridicule étonnamment (contrairement à ceux de L’Île Inconnue notamment). Ce n’est alors pas si surprenant de savoir pourquoi certains réalisateurs utilisèrent des extraits de ce film pour les leurs jusqu’à plus de vingt ans après sa sortie !

Ensuite, c’est au tour des acteurs de m’étonner puisqu’ils interprètent très bien leurs personnages. Jouant des hommes préhistoriques, ces derniers ont la lourde tâche de faire comprendre aux spectateurs leurs émotions ou intentions sans la parole, et sans avoir l’air ridicule par la même occasion, et ils y arrivent haut la main !

Mais ce qui m’a le plus positivement surpris, c’est le scénario. Bien entendu, le fait que l’on y trouve des hommes préhistoriques et des dinosaures à la même époque est totalement faux. Cela dit, je ne pense pas que les réalisateurs cherchaient à décrire de manière réaliste la vie d’hommes préhistoriques, mais plutôt à faire un bon petit divertissement (et ils y sont parvenus). Ce qui m’a bien surpris donc, ce n’est pas l’aspect historique, mais la façon dont évolue Tumak (puis sa tribu par la suite). Car le film ne se centre pas uniquement sur les confrontations entre hommes préhistoriques et dinosaures, mais aussi sur l’évolution du personnage de Tumak, comment il passe du statut de sauvage à celui d’un être plus ou moins civilisé grâce à sa rencontre avec Loana.

Selon moi, Tumak, fils de la jungle est PRESQUE tout aussi culte que Le Monde Perdu (1925) ou King Kong (1933). Après l’avoir découvert, je trouve encore plus dommage son quasi-inexistance en DVD, puisque des films de dinosaures bien plus mauvais et moins connus du grand public ont été édités sur ce format.

Autour du film :

  • Les effets spéciaux étaient considérés comme très bon à l’époque, au point d’avoir été utilisés en tant que stock-shots dans plusieurs films jusqu’aux années 60 !
  • Un remake nommé One Million Years B.C. sortira en 1966, réalisé par Don Chaffey et avec le célèbre Ray Harryhausen aux effets spéciaux.

Blu-ray, DVD et VHS :
Tumak, fils de la jungle est actuellement inexistant en DVD en Europe ou aux USA, seul le Japon propose le film sur ce support ! Si, chose étrange, vous ne comprenez pas le japonais, vous pouvez toujours vous rabattre sur la VHS américaine ou allemande.

Advertisements